A propos

Anaïs Racine

Fondatrice | Coach Sportif

Le sport a été une partie inséparable de ma vie depuis que je suis née. J’ai débuté avec l’athlétisme quand j’étais petite. Je me suis inscrit à un club, entrainée 3x par semaines et ai fait des compétitons de sprint, couses de haies et saut en hauteur. J’ai rapidement appris que pour atteindre mes objectifs, il fallait de la régularité et surtout varier les entrainements. Je ne pouvais pas entrainer uniquement la technique de saut, mais l’ensemble des compétences sous-jacentes.

Toutefois, le besoin de changement c’est fait sentir à l’adolescence, j’ai laissé tombé l’athlétisme pour tester le jazz contemporain, plus artistique, l’escalade et même le karaté, pour finalement tomber sur la pole dance à 22 ans.

Ce sport m’a tout de suite séduit, car il mélange la performance physique de l’athlétisme avec la créativité et la grâce qu’on trouve dans la danse. Il demande une concentration qui me permet d’oublier tous mes soucis quand je suis au studio.

Depuis, j’adore découvrir et apprendre de nouvelles figures, des mouvements, des chorégraphies et me sentir vivante en dansant.

Aujourd’hui, j’adore expliquer mes astuces et raconter ce que j’ai découvert. Tellement que j’ai décidé de devenir enseignante en Arts et Sports aérien et d’ouvrir ce blog.

 » Non seulement la pole m’a apporter un sport, elle m’a aussi permis de développer ma confiance en moi et réussir à me dévoiler au monde. »

Anaïs Racine

La timidité originelle

Faire du sport n’a jamais été un challenge pour moi, j’ai toujours aimé bouger. J’ai toutefois toujours choisi des sports individuels car j’avais peur de sociabiliser, j’étais trop timide.

Pire que la timidité, je n’avais pas confiance en moi (au ses large du terme). On m’a fait faire des classes de theatre, une horreur, j’ai déménager à l’étranger pour me forcer à me faire de nouveaux amis, mais rien à faire, je restais dans ma coquille.

Quand j’ai découvert la pole, je me suis sentis très mal à l’aise, je me sentais comme un spaghettis au milieu des poles. J’ai fais quelques cours puis ai arrêté pendant 1an, de peur d’avoir l’air bête.

La réalisation

Mais la pole est restée dans ma tête et j’ai repris des cours à Stockholm. C’est là que j’ai réalisé que même sans parler la langue, j’ai réussis à m’intégrer dans le mode de la pole. Je m’y suis même fait des amis.

En revenant en Suisse, j’ai poursuivi cette nouvelle passion. J’ai testé différents styles et évoluer dans les niveaux. Dans ce monde bienveillant, j’ai essayé de sortir de ma zone de confort. Et au fur et à mesure, je suis sortie de ma coquille.

Aujourd’hui j’ai décidé de mettre mon expérience à ton service. Développer sa confiance en soi n’est pas facile, mais la pole est un outil puissant pour le faire.

J’ai donc décidé de devenir Enseignante en Arts et Sport aérien en suivant la formation Senpeza, Dans ce cadre, j’ai écris un mémoire sur le lien entre la pole et la confiance en soi. Je t’en parle plus dans l’article ci-dessous.